Le cinéma, le septième art

Le cinéma demeure une pensée qui guide les gens dans leur quotidien. Ainsi, le cinéma est plus un art ou un hobby. Il implique le montage, la mise en scène, le réalisme, l’émotion, le film, le spectateur passif, la salle et la pensée.

Qu’est-ce donc le cinéma ?

L’art cinématographique peut être défini comme un spectacle proposé au public sous la forme d’un film. Ce dernier est un récit (fictionnel ou documentaire), proposé sur un support (pellicule souple, bande magnétique, contenant numérique). Il est enregistré puis lu via un mécanisme continu ou intermittent, pour assurer l’illusion d’images en mouvement. Le cinéma serait la projection publique d’un film sur un écran (en salle ou en plein air). Depuis son invention, le cinéma est autant un art populaire, un divertissement, une industrie et un média. Il peut également être utilisé à des fins publicitaires, de propagande, de pédagogie ou de recherche scientifique.

Le cinéma, miroir de la société contemporaine

Le cinéma est le miroir de l’humanité. Il reflète la société, avec ses évolutions, ses contradictions, ses aspirations et ses fantasmes. Et le cinéma ne se gêne pas de proposer un reflet collectif et ultra intime. Le cinéma est ainsi dans la vie si la vie est dans le cinéma. Aucun média n’a réussi à conserver un tel pouvoir de captation et de transformation du monde. Indémodable, le cinéma sait s’adapter aux modes et aux courants. Il rassemble tous les arts en un seul, pour permettre une grande variété d’approches et de motifs, un éventail de représentations selon les lieux et les époques.

La culture pour tous et à la portée de tous

Une certaine catégorie de films joue un rôle culturel. Quand un cinéaste réalise une adaptation littéraire ou filme un fait historique, il effectue un acte intellectuel, susceptible de susciter un débat dans le milieu culturel. Ainsi, les plus grands noms du cinéma comme Martin Scorsese ou Francis Ford Coppola génèrent une véritable écoute, qui va au-delà de leur film. Le public et les critiques les associent à une œuvre globale, au contraire des États-Unis où le film et les comédiens sont souvent plus importants que le metteur en scène. En toute logique, le public français a adoré « La liste de Schindler » ou « Charlie et la chocolaterie », et a fait un véritable triomphe à leurs réalisateurs, Steven Spielberg et Tim Burton. Inversement, il existe des films avec des acteurs mondialement connus, à l’image de « Mr et Mrs Smith » qui réunissent le couple Brad Pitt-Angélina Jolie mais qui n’ont fait que de petits scores en salles. De toute évidence, le cinéma d’auteur apprend, fait découvrir et développe les sensibilités. Il peut être l’adaptation d’une œuvre existante, ou servir de billet d’accès à un véritable patrimoine culturel.